Un naming spécifique aux produits vegan et végétariens

Steaks végétariens, saucisses végétales, goût bacon, steak de tofu… Un naming permettant aux véganes et aux végétariens de retrouver des produits riches en protéines exemptes de produits d’origine animale. Le problème ? Avec la popularité croissante que connaissent ces produits, l’industrie de la viande s’inquiète et ne veut plus que les termes d’ordinaires associés à la viande soient utilisés pour des produits… sans viande. Un souci de naming auquel a répondu le gouvernement.


photo : ChapeauMelon.fr

Le vent en poupe pour le végétal

Le végétal rencontre de plus en plus de succès, et ce, grâce au véganisme et au végétarisme qui séduisent de plus en plus de français mais aussi à l’émergence d’un nouveau public : les flexitariens. Non exclusif dans leur consommation alimentaire, ces derniers s’intéressent cependant de près aux aliments sans viande qu’ils intègrent de temps à autre à leur menu. Une mode qui commence à inquiéter l’industrie de la viande…

Un naming vegan

En effet, les produits végétaux ont pour habitudes d’utiliser un naming propre à l’industrie de produits à base de viande pour signifier qu’ils proposent une alternative végétale (et donc protéinée) à ces mêmes produits. Le problème, c’est que les vendeurs de viande ne veulent plus partager les appellations qui leur sont propres comme le mot « steak » par exemple. Un amendement a donc été ajouté au projet de loi agriculture et alimentation qui sera soumis au vote de l’Assemblée nationale. La raison invoquée étant l’induction en erreur du consommateur provoqué par ce type de naming. Un prétexte quelque peu saugrenu puisqu’il est rare de confondre un steak de boeuf avec un steak végétal dont l’argument de vente premier est justement de ne pas contenir de substance animale. Pourtant, il y a un précédent sur ce type de sujet.

Le cas des produits laitiers

En effet, depuis juin 2017, la Cour de justice de l’Union européenne interdit les termes tels que « yaourt » ou « fromage » de soja par exemple. Ces termes étant désormais exclusivement réservés à l’industrie des produits laitiers. Il est donc tout à fait possible qu’il en soit de même du côté de la viande !