Irma, Sandy, Katrina… Le point sur les noms des ouragans

Irma, Sandy, Katrina… Le point sur les noms des ouragans

Loin de nous l’idée de relancer le débat des prénoms féminins/masculins concernant les noms des ouragans ou de faire un bulletin météo, mais plutôt de répondre à des questions qui subsistent. Comment et pourquoi sont choisis les noms des ouragans ?

noms des ouragans
photo : SudOuest.fr

Pourquoi des prénoms ?

À l’heure où les dégâts causés par Irma, Harvey, José et Katia sont encore comptabilisés. La question de l’attribution des noms des ouragans a une nouvelle fois été soulevée sur la toile. En effet, le grand public a souvent du mal à comprendre pourquoi des prénoms souvent communs et donc très répandus sont utilisés pour nommer des phénomènes aussi meurtriers que catastrophiques.
Pourtant, la question des noms des ouragans est prise très au sérieux par les deux organismes habilités et les attribuer (le service météorologique de l’université libre de Berlin pour l’Europe et l’Organisation Météorologique Mondiale pour le reste de la planète). Les noms sont choisis de façon à rendre la communication à propos de l’événement plus facile, un prénom est plus facile et rapide à exprimer qu’une suite de lettres et de chiffres.
 

Comment les choisir ?

Le choix des noms des ouragans suit des règles strictes. Ils sont établis à partir de liste (un prénom par lettre de l’alphabet) soumis par des organismes dédiés à l’OMM. Si souvent le nom choisi sera en accord avec un prénom répandu dans le pays concerné, il peut également être réutilisé. En effet, une rotation des noms des ouragans a été mise en place, mais certains ont été supprimés de la liste. La gravité des dégâts causés par certaines tempêtes fait que le nom qui lui a été donné ne sera pas réutilisé par respect pour les victimes des dites catastrophes. C’est le cas notamment pour Katrina, Sandy et très certainement Irma. Cas à part, Isis a été supprimé de la liste également depuis que le nom est devenu l’acronyme d’Islamic State of Iraq and Greater Syria.
 

Une tempête à son nom

Afin de financer son institut météorologique, le service météorologique de l’université libre de Berlin propose d’acheter le naming d’une dépression ou d’un anticyclone. Il faudra compter entre 200 et 300€ pour nommer une pluie torrentielle comme on le souhaite grâce au site « Adopt a Vortex ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.